EvénementsPortraits de communicantsSITEM

Spécial SITEM / « La voix est le futur » : Quatre questions à Lorène Pagès (OHz)

Le podcast continue son essor… L’audio est devenu incontournable et de nombreuses structures culturelles ont commencé à s’emparer du sujet : live, captation, témoignages… C’est ainsi que nous avions donc quelques questions sur le sujet à poser à Lorène Pagès de Ohz qui produit et diffuse des podcasts pédagogiques, pour entreprises et établissements culturels.
Cette interview est réalisée dans le cadre de notre partenariat avec le SITEM. Retrouvez prochainement toutes les articles liés au SITEM sur notre page dédiée. Vous pouvez aussi vous abonner à notre newsletter pour ne manquer aucun article ! 

. Bonjour Lorène, pouvez-vous nous présenter brièvement OHz ?
Notre société OHz est née de la révolution de l’audio (boom des podcasts, arrivée des assistants vocaux) et de la révolution des apprentissages (aujourd’hui, on doit se former tout au long de sa vie). Nous créons des expériences d’audio learning à destination des entreprises et des établissements culturels, pour transmettre leurs savoirs par l’audio, et ce via des podcasts ou des applications vocales pédagogiques. Notre conviction est que la voix est le futur. Elle va investir les foyers et se substituer pour partie aux écrans, aux images, et mettre en valeur l’essence des messages.

Lorène Pagès, OHz
Lorène Pagès, OHz

« 60% des personnes interrogées disent se sentir mal après avoir utilisé Instagram (…) 96% des personnes interrogées disent se sentir bien après avoir écouté des podcasts. »

. Le format audio (dont le podcast) connaît un essor conséquent. Comment l’expliquez-vous ? 
Selon moi, de multiples facteurs entrent en jeu dans l’essor de l’audio.

– Le premier est la sur connexion aux écrans, accentuée par le travail à distance. Celle-ci se combine à une surexposition aux images. Les personnes ont besoin d’autre chose, et de se recentrer sur l’essence des messages, le fond, versus la forme. D’après l’étude App Ratings de Center for Humane Technology, 60% des personnes interrogées disent se sentir mal après avoir utilisé Instagram. 64% après avoir utilisé Facebook. A contrario, 96% des personnes interrogées disent se sentir bien après avoir écouté des podcasts. 97% après avoir utilisé Audible.

– Un second facteur est lié à l’agilité du podcast : c’est un média « à emporter », dans les transports, chez soi, en faisant du sport…Nous pouvons l’écouter sans avoir à rester derrière un écran. D’ailleurs, alors que l’on prédisait la disparition de la radio au profit de la télévision, cela ne s’est jamais fait !

– Enfin, un troisième facteur (il en existe d’autres !) : le podcast est pour moi un support « RSE ». Il consomme peu d’espace de stockage, et peu de bande-passante. Un média tourné vers le futur, en somme.

« Découvrir un lieu culturel autrement »

. En quoi un fichier audio peut participer à l’attractivité / la fréquentation d’un lieu culturel ?
Un fichier audio peut participer à l’attractivité et à la fréquentation d’un lieu culturel car il permet de découvrir ce dernier autrement.
Par exemple, dans notre série de podcasts « Les monuments sur le divan* », co-produite avec le Centre des monuments nationaux, nous avons imaginé la personnalité des monuments. Si mon monument était humain ? Quelle serait sa plus grande joie ? Sa plus grande peine ? Son caractère, ses fiertés… ? Pour ce faire, nous avons donné la parole à leurs plus proches confidents : les agents du CMN, qui y travaillent chaque jour. Et nous avons augmenté le podcast par des ambiances sonores et des bruits captés sur les lieux. Les monuments ont arboré un visage humain. Cette approche inédite, très sensible, est propre à l’audio et mise en valeur par le caractère authentique et intime de la voix. Elle permet de capter un nouveau public. « J’ai rarement été autant captivée par la présentation d’un monument », a écrit une auditrice en commentaire du podcast sur Apple Podcast.

. D’après-vous quels seraient les 3 qualités d’un podcast réussi ? 
– Un sujet intéressant, traité sous un angle éditorial qui s’appuie sur les valeurs ajoutées de l’audio (provoquer l’imaginaire, susciter des émotions…). Il ne faut pas faire du podcast pour faire du podcast, mais jouer sur les spécificités de ce média, pour le sublimer !
– La qualité du son, qui est primordiale.
– Donner à l’auditeur envie d’écouter l’épisode suivant !

* vous pouvez découvrir le podcast réalisé par OHz :
https://play.acast.com/s/les-monuments-sur-le-divan/si-labbaye-de-cluny-avait-visage-humain