communicant.info | PORTRAIT De COMMUNICANT : MURIEL JABY, RESPONSABLE COMMUNICATION DU MAC DE LYON
Muriel Jaby est responsable communication au MAC (Musée d'Art Contemporain de Lyon). Elle nous parle de son métier, de la relation médiation / communication et de sa vision de la communication numérique...
Portrait, communicant, Muriel, Jaby, communication, musée, Lyon, culture, médiation, publics, numérique
379
post-template-default,single,single-post,postid-379,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode_popup_menu_push_text_right,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Portrait de communicante : Muriel Jaby, Responsable communication du MAC de Lyon

Muriel Jaby est responsable communication au MAC (Musée d’Art Contemporain de Lyon). Elle nous parle de son métier, de la relation médiation / communication et de sa vision de la communication numérique…

> communicant.info : Bonjour Muriel, Pouvez-vous tout d’abord nous présenter votre parcours ?

Je suis responsable du service communication/presse depuis 8 ans au macLYON, et m’occupe également du mécénat. J’ai auparavant travaillé
11 ans à la Fnac en tant que responsable communication, chargée notamment de la programmation culturelle, des partenariats et du marketing.

> CI : Comment décririez-vous votre activité de responsable de la communication au MAC de Lyon ? Avez-vous une journée type ?

Les journées passent souvent très vite et j’aime ça !

En général je travaille sur plusieurs phases d’expos en même temps : les expositions en cours pour lesquelles nous continuons le travail de promotion des activités (visites, conférences, collection hors les murs, accueil de journalistes ou de professionnels…) et les phases d’expo suivantes à préparer (dossier de presse, plan pub, affiches, cartons d’invitation, voyage de presse, soirée d’inauguration, partenariats à monter…).

J’aime aussi pouvoir me ménager de temps en temps des moments de réflexion, de recul, de partage d’expérience, lors de journées professionnelles par exemple (j’étais, par exemple, le mois dernier à Strasbourg pour « art contemporain et numérique »). Il est important de pouvoir « sortir la tête du guidon » régulièrement et se tenir en veille sur les pratiques. Dans le même esprit, j’essaye d’écrire quelques chroniques sur le blog d’Intermédia (il faut d’ailleurs que je m’y remette !).

> C.I : Vous êtes passé du secteur privé au secteur public. Comment ces 2 expériences s’enrichissent l’une l’autre ?

A vrai dire, et au risque de surprendre, les missions me semblent très similaires, même si le contexte du secteur public possède des contraintes et cadres spécifiques (marchés publics & appels d’offres par exemple). Au quotidien, j’évite d’employer au musée des termes comme « marketing », mais que fait-on finalement quand dans un brief on pose au préalable le contexte, les enjeux, les cibles, etc. ? Et quelle différence au fond entre visiteurs/publics et clients ?

J’espère garder de mon expérience dans le privé la capacité à être moteur sur un projet, à impulser des actions, à prendre en compte dans les décisions le ratio coût/retour sur investissement. Et j’apprécie beaucoup au musée d’être au service des artistes et des publics et de ne pas avoir la pression de la rentabilité, même si les impératifs budgétaires sont bien présents.

image9

 > C.I : On a souvent tendance à opposer communication et médiation ? Qu’en est-il d’après vous ? La frontière entre ces 2 disciplines est-elle si infranchissable ?

J’avoue que ce terme de médiation me pose question. Pour moi un médiateur intervient quand il y a un problème. Or nous ne nous situons pas là, mais plutôt dans l’idée d’un accompagnement, qui peut prendre des formes multiples. Le public n’appartient à aucun service, à la communication ou au service culturel/des publics chacun dans son secteur peut contribuer à ce qu’il soit mieux informé, mieux accompagné, plus satisfait de sa visite, qu’il reparte heureux et en ayant envie de partager son expérience ou d’aller plus loin sur le sujet.

> C.I : Quelle place occupe le numérique dans la construction de vos relations avec le public ?

Il n’est jamais une finalité, mais il peut être un outil, un vecteur, un révélateur. Cela va de l’usage des réseaux sociaux, qui permettent de construire une relation et d’échanger avec tous (y compris des personnes qui ne viennent pas physiquement au MAC) jusqu’à une table tactile dans le hall d’entrée, en passant par les œuvres de notre collection sur notre site web ou des applications d’aide à la visite. Nous essayons de les penser en fonction des trois temps : avant/pendant/après la visite.

> C.I : vous n’échapperez pas aux traditionnelles questions indiscrètes. Les voici :

– Quel est le réseau social dont vous ne pouvez pas vous passer ?

Je ne suis volontairement pas sur Facebook, mais j’avoue passer un peu de temps sur Twitter… Pour moi c’est un outil de veille très précieux.
– Quelle est la discipline artistique ultime pour vous ? (celle qui surpasse les autres ?)

Difficile de répondre à cette question car mes goûts personnels me portent aussi bien vers la littérature, le cinéma ou les arts visuels/plastiques bien sûr.
– Quelle est votre meilleure expérience culturelle / artistique ?

J’aime être surprise, que la découverte sur place dépasse ce que j’avais imaginé en amont en me documentant. Je garde ainsi des souvenirs marquants de visites enfant dans des lieux aussi différents que le Prado, le Musée de la Mine à Saint-Etienne, le Centre Pompidou ou une grotte ornée en Espagne.

Et aujourd’hui j’apprécie tout particulièrement d’être dans les coulisses d’un musée, d’assister à la concrétisation d’un projet artistique. Entre le descriptif initial, le montage et l’expo finale, il y a souvent quelque chose de l’ordre d’une alchimie qui fait que l’expo est « encore mieux » que ce qu’on avait imaginé, et ça c’est magique.
– Quels sont vos 5 lieux culturels favoris ? 

Compliqué de n’en lister que 5 ! Du coup je ne citerai pas de lieux parisiens ou lyonnais, mais le LaM à Villeneuve d’Ascq, la Saatchi Gallery à Londres, le Louisiana au Danemark, le Moderna Museet à Stockholm et une visite incontournable online également : Le Rijksmuseum à Amsterdam
– Qui est votre artiste préféré(e) ?

Joker, c’est trop difficile d’en choisir un !