RessourcesStratégieUncategorized

Participez à une étude : les motivations des publics de festivals de musique

Participez à une étude : les motivations des publics de festivals de musique

Alors que les festivals s’organisent face aux contraintes induites par la Covid-19. C’est peut être aussi le moment pour ces derniers de mieux connaître les motivations de leurs festivaliers…
Communicant.info donne la Parole à Lily-Ann Perrin, étudiante en Master 2 en Management des Arts et Culture. Elle réalise un mémoire sur le sujet et propose aux festivals de participer à son étude. 

Survivre et s’adapter.

Tel fut le défi de nombreuses organisations face à la crise sanitaire de cette année 2020. Survivre financièrement. S’adapter dans la mesure des contraintes : hier sécuritaires, aujourd’hui sanitaires. Et enfin, à tout moment, maintenir les liens avec les publics jusqu’à la prochaine « vraie » édition.  L’avancement de l’été a permis de constater la résilience et la créativité dont ont fait preuve les festivals de musique, en fonction des décrets qui se succèdent. Citons les cas d’école.

  • Les premiers festivals estivaux du mois de juin ont été annulés, reportés ou ont totalement basculé en ligne, tel We Love Green du 3 au 7 juin.

Ceux de juillet et août, ont pu s’aventurer dans une édition avec une jauge limitée à quelques centaines de personnes. Les organisations se sont evertués à appliquer la distanciation physique entre visiteurs, la mise à disposition de gel hydroalcoolique aux entrées ou le port du masque.

  • A la Rochelle, l’équipe des Francofolies a créé une édition baptisée « Y’a des Francos dans l’air » du 10 au 14 juillet. Les chanceux qui ont retiré physiquement leurs réservations à l’office de tourisme et au bureau des Francofolies ont bénéficié de concerts gratuits au Jardin Bobinec.
  • Les DJ ont animé des soirées en plein air tel le “Villa Atanit tour” avec des pré-inscriptions en ligne pour 300 personnes maximum, pour le plus grand plaisir des fans d’AfroHouse et des habitués des clubs et boîtes de nuit qui n’ont toujours pas eu l’autorisation d’ouvrir leurs portes.
  • Parmi les initiatives technologiques, du 1er au 10 août, le doyen des festivals de musique de chambre à Menton a garanti la distanciation physique et la qualité sonore au milieu d’une oliveraie grâce à une écoute sur casques wifi.
  • Hors de nos frontières, l’architecte Josep Maria Puigdemasa a créé une salle de concert classique éphémère rassemblant. 450 personnes, avec des ballots de paille au milieu d’un champ à Terre de Lleida le 7 juillet.
  • Prochainement, le festival Rock en Seine organisera une soirée évènement « le Festival des Festivals » le 27 août (sur invitation seulement)

Le plus souvent les concerts ont été retransmis sur différents canaux digitaux, pour satisfaire les aficionados ne pouvant y participer physiquement : replays sur Culturebox pour We Love Green, interviews et diffusions sur la radio éphémère 92.6FM pour “Y’a des Francos dans l’air”, directs sur France 2 et France Inter pour le “Festival des Festivals” de Rock en Seine, extraits sur Instagram pour les DJ du “Villa Atanit tour”, streaming live grâce à l’application Nomad Play pour le Festival de Menton.

A tout moment sur les réseaux sociaux, les posts réminiscents ont suscité une nostalgie des éditions précédentes et maintenu le lien avec les festivaliers. Les réseaux des communautés des Francofolies de la Rochelle ont entonné l’hymne rassembleur « Un autre monde » de Téléphone.

Ces initiatives sont autant de preuves de résilience face à l’adversité de la situation. Saluons les collectivités ayant soutenu ces festivals en ce contexte si particulier.

Ecoutez les publics des festivals

Venons-en à la préparation des futures éditions. Ce moment inédit peut être exploité pour écouter les publics, en l’occurrence les festivaliers, et s’appuyer sur des études objectives pour adapter les offres et l’expérience de festival.

Le modèle de comportement de Rothschild « MOA » suggère qu’un individu passe d’une intention à l’action lorsque ces 3 facteurs sont réunis : motivation, aptitude et opportunité (Rothschild, 1999). Le Royal Opera House de Londres a notamment mis en œuvre le concept de 2000 à 2016 pour faciliter l’accès à l’Opéra et s’ouvrir à de nouveaux publics (Park & Yoon, 2017).

Il s’agit de :

  1. connaître les Motivations des visiteurs,
  2. faciliter les Aptitudes qui sont des ressources intrinsèques (niveau d’information, l’accès à l’information, ressources financières),
  3. d’élargir les Opportunités qui sont les ressources externes à l’individu (temps, accès, logistique).

Ainsi, ce moment particulier peut tout à fait convenir aux festivals pour prendre du recul et étudier les facteurs de motivations intrinsèques de ses festivaliers. Les motivations sont ce qu’il y a de plus difficile à objectiver. Emmanuel Négrier, docteur en sciences politiques et chercheur au CNRS, est notamment connu pour ses études commissionnées par France Festivals sur les festivals de musique. Dans une récente publication, il sépare les motivations « intrinsèques » de festivaliers à participer aux Eurockéennes de Belfort des autres considérations, identifiant un tryptique de facteurs : la fête, la musique et l’ambiance (Négrier & Djakouane, 2017; 2018).

Comment participer à l’étude 

Nous vous proposons de participer à une étude sur les motivations intrinsèques des festivaliers de musique en France. Celle-ci est menée à l’initiative de Lily-Ann Perrin, dans le cadre de son mémoire de recherche Master 2 en Management des Arts et Culture conjointement entre les écoles IESA (Institut des Études Supérieures d’Art) et Paris Business School.

La structure du questionnaire est fondée sur une revue d’études quantitatives dans la littérature française (France et Canada) et internationale anglophone.
Six familles universelles de facteurs de motivation ont été identifiées et les niveaux varient en fonction des cas d’étude : la socialisation, la famille, l’évasion et le relâchement, l’exploration et la découverte, la stimulation et la nouveauté, le thème du festival en l’occurrence la musique au travers des artistes et de la programmation. Compte tenu de la situation inédite, l’approche choisie est de questionner les festivaliers de musique sur leur expérience la plus récente avec quatre questions par facteur de motivation, deux questions ouvertes et un indice de préoccupation sur les critères sanitaires.

Le questionnaire sera clôturé le 30 septembre 2020.
Un minimum de cinq entretiens permettra de réunir des retours qualitatifs complémentaires.
Le mémoire et la présentation seront publiés à partir du 4 octobre 2020 sur le compte Linkedin de Lily-Ann Perrin et nous vous proposerons une synthèse sur communicant.info.

 

Lily-Ann Perrin
Les derniers articles par Lily-Ann Perrin (tout voir)

Comment here