communicant.info | Je veux… une affiche, un flyer, une plaquette
C'est souvent la première chose à laquelle on pense quand il s'agit de communiquer : les supports imprimés (affiche, flyer, plaquette, brochure). L'idée n'a rien de saugrenue. Beaucoup de vos clients, spectateurs, visiteurs, partenaires vont vous demander une plaquette, un flyer… Vous allez donc vous lancer à corps perdu dans la conception de votre bel outil de communication ?
édition, plaquette, affiche, flyer, support, imprimé, identité, culturelle, artistique, communication
252
post-template-default,single,single-post,postid-252,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode_popup_menu_push_text_right,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Je veux… une affiche, un flyer, une plaquette

C’est souvent la première chose à laquelle on pense quand il s’agit de communiquer : les supports imprimés (affiche, flyer, plaquette, brochure). L’idée n’a rien de saugrenue. Beaucoup de vos clients, spectateurs, visiteurs, partenaires vont vous demander une plaquette, un flyer… Vous allez donc vous lancer à corps perdu dans la conception de votre bel outil de communication ? Le tout sera, sans doute, accompagné de longs débats subjectifs (« le logo devrait être plus au centre », « j’aurais mis du rouge / bleu / du jaune », « ce n’est pas assez innovant / chaleureux / convivial », « j’aime / moi j’aime pas »…) . Voici quelques questions à se poser pour optimiser la création de vos éditions !

quelle est mon identité ?

image3

Bien souvent, votre affiche, votre brochure, votre plaquette va évoquer ce que vous faites (visite, spectacle, conférence, concert, etc.)…

Mais avez vous pensé à mettre en avant ce que vous êtes ? Par exemple, y-a-t-il le nom / le logo de votre structure en haut de votre affiche / flyer / brochure ? Cela peut vous paraître évident, mais dans bien des cas, on l’oublie ou alors il est relégué en bas de l’affiche en tout petit…
Fréquemment aussi, c’est l’aspect esthétique qui prime et fait consensus. Mais cette esthétique reflète-t-elle ce que vous êtes ? Et d’abord qui êtes-vous ? L’avez vous déterminé ? Ce que vous êtes (votre vocation, vos valeurs, votre projet artistique et culturel…) c’est aussi ce qui doit faire votre unicité, votre différence par rapport à la concurrence.
Car vous n’êtes pas seul : d’autres proposent des offres similaires ou concurrentes. Avez-vous regardé comment ils communiquent ? Quels outils utilisent-ils ? N’hésitez pas à regarder ce qu’il font pour mieux vous démarquer.

 

Je construis ma cohérence

La cohérence encore et toujours… Pourquoi ?
Tout d’abord parce que la communication passe par la répétition de vos messages / de votre visuel. Par exemple, avez vous songé à mettre au point une charte graphique qui donne un air de famille à toutes vos éditions et surtout qui reflète votre identité ? Ou chaque support est-il différent au point de perdre vos publics ?

Ensuite, parce que ce support va refléter ce que vous êtes (votre identité culturelle, votre univers artistique)… Votre projet est innovant ? avant-gardiste ? Vos supports doivent le montrer. Vous misez sur la qualité ? Vos supports seront proportionnellement qualitatifs à votre projet… C’est cela aussi qui va déterminer le ton que vous allez adopter (voir plus bas)
Et surtout parce que produire un support isolé est beaucoup moins efficace qu’un support dont la création est synchronisé avec d’autres supports

 

quel est mon objectif ? Comment j’intègre ce support dans un plan de communication culturelle globale ?

Et la question cruciale qui accompagne cette idée de cohérence, c’est bien celle formulée ci-dessus : pourquoi au final je crée ce support et comment je procède pour qu’il serve mes objectifs ?

Ne dites pas : « pour la communication, nous allons éditer 1000 affiches et 5000 plaquettes »

Dites plutôt* : « nous avons besoin d’une présence dans la ville de X,15 jours avant notre événement. Nous allons éditer des affiches et des plaquettes (conception par A et impression par B) qui seront distribuées, à ce moment, en ville par X et Y dans les lieux culturels et touristiques ainsi que dans des commerces ciblés. Celles-ci renverront à notre site internet qui devra alors être rigoureusement mis à jour. Le tout sera appuyé par une campagne de relations presse et sur nos réseaux sociaux (par notre webmaster). Notre objectif : augmenter de X % la fréquentation du site internet et par là même les ventes sur la billetterie en ligne.
Notre objectif principal étant d’installer cet événement comme l’un des événements phare de la commune de X et, par ricochet,  de convaincre de nouveaux partenaires, mécènes de notre 
professionnalisme. Nous évaluerons l’efficacité de cette campagne de communication avec : les chiffres de fréquentation du site internet que nous comparerons à ceux de la billetterie en ligne. Par ailleurs un questionnaire proposé au public de l’événement permettra d’évaluer l’efficacité de chaque support.

Trouvez-vous les 7 différences ? Vous ne voyez pas ? Mais si ! Les voici ci-dessous :
1- la création d’un support accompagne un but clair et précis : ici, renvoyer les publics potentiels vers le site internet et la billetterie en ligne (attention cet objectif doit rester réaliste !),
2 – cette opération est elle-même sous tendue par un objectif plus vaste : rendre l’événement crédible et lui permettre de grandir,
3 – les supports de communication imprimés ne sont pas pensés tout seuls, il sont intégrés dans une campagne globale : ils bénéficieront de cette synergie,
4- l’efficacité des supports est quantifiée / son évaluation est prévue,
5 – on peut imaginer que les publics cibles (voir plus loin) sont définis, car les lieux de diffusion des plaquettes et affiches sont clairement déterminés,
6 – l’objectif est temporellement défini (15 jours avant),
7 – les acteurs concernés sont déterminés : qui s’occupe de quoi ?

Vous n’êtes pas convaincu ? Allez lire l’allégorie du collier de perles !

* ATTENTION, CE PARAGRAPHE EST UN EXEMPLE. IL NE SAURAIT S’APPLIQUER A TOUTES LES SITUATIONS

 

A qui je m’adresse ? quel message je veux faire passer ?

Si vous communiquez, c’est avant tout pour vous adresser à un interlocuteur (voir les rouages de la communication / introduction à la communication culturelle). A qui parlez-vous donc ? Qui sont vos publics, visiteurs, spectateurs ? d’où viennent-ils? Êtes vous capable de brosser en quelques « portraits » l’identité de vos publics ?

Et enfin qu’avez-vous à leur dire ? Quel est le message que vous souhaitez leur faire passer ? Sur quel ton allez vous le faire passer (et dans ce cas il faut avoir déterminé qui vous étiez : ludique, sérieux, didactique…) ?
Quelle expérience culturelle / artistique leur proposez-vous ? En quoi cela est-il unique / différent d’une autre offre culturelle ? Et comment allez-vous convaincre vos publics ?
Beaucoup de brochures vantent et proposent une expérience unique. Très bien ! Elle l’est sans doute ! En lieu et place de l’explication de cette unicité, on a souvent une description de ce qui est fait / proposé par la structure. N’ayez pas peur de dire ce que vous êtes, de mettre en avant vos valeurs… Immergez vos public dans votre univers culturel et artistique… Oui le vôtre ! Celui qui n’appartient qu’à vous !

Et votre univers ? Comment le décliner ? Et bien… en construisant votre identité… Comme cela a été expliqué au début de cet article ! Tout est lié et tout est dans tout dans la communication !

EN BONUS

  • Evaluez l’efficacité de vos supports imprimés :

– Combien avez-vous distribué de brochures ? Où ?
– Combien vous en a-ton demandé ? Qui ? A quelle occasion ?

– Quel résultats ces documents ont générés : commande via un bulletin de réservation, connexion direct au site Internet au moment de leur distribution ?

  •  Quels derniers conseils

– Soignez la qualité des photos utilisées dans votre plaquette, soyez vigilant à la relecture,
– Demandez à vérifier le contenu final auprès de votre graphiste et votre imprimeur (BAT ou Bon à Tirer),
– Dans vos documents institutionnels (mécénat…), utilisez des contenus intemporels. Pour les éléments éphémères (projet annuel, prix, adhésion à un club de mécènes…), faites des fiches complémentaires que vous pouvez éditer vous-même.

Étiquettes :