Culture soutenableNumérique

Dossier : vers un numérique plus responsable

Vers un numérique responsable ?

Numérique et responsable : Oxymore ? Expression contradictoire ?
Comme nous l’a expliqué Vincent Courboulay (voir dans notre livre blanc – parution le 5 décembre) : « la responsabilité n’implique pas le non impact mais elle implique la connaissance de ses impacts ». Et force est de constater que le numérique, malgré les promesses de dématérialisation ou d’hébergement dans des « clouds » a un impact environnemental indéniable… Que faire ? Comment les acteurs culturels peuvent intégrer ces données dans leur stratégie. Ce dossier vous propose des pistes pour aller vers un numérique plus responsable
.

Les impacts du numérique en 3 chiffres :

Une étude (ADEME et Autorité de Régulation des Communications – janvier 2022) analysait ainsi les impact liés aux équipements et infrastructures numériques :

  • 10 % de la consommation électrique française vient de l’utilisation de services numériques.
  • 2,5 % de l’empreinte carbone de la France est liée au numérique. Soit un peu plus que le secteur des déchets.
  • 20 millions de tonnes de déchets sont produits tous les ans sur l’ensemble du cycle de vie des équipements à l’échelle de la France.
  • 62,5 tonnes de ressources sont utilisées en France pour produire et utiliser les équipements numériques.

A noter que l’impact environnemental du numérique provient principalement de l’extraction des minerais / terres rares et de leur transformation en composants pour la fabrication des terminaux. L’extraction des terres rares nécessite l’utilisation d’acides et de solvants qui ont un grave impact sur l’environnement et la santé humaine (pollution, destruction de la biodiversité, augmentation des problèmes sanitaires…).

Notre dossier pour les acteurs culturels : « vers un numérique plus responsable »

Difficile de parler de stratégie culturelle sans évoquer les outils numériques : démocratisation, conquête ou fidélisation des publics… Autant d’apports que l’outil numérique a certainement apporté. Et encore plus dans les dernières années, marquées par la crise sanitaire et les confinements successifs.
Mais le numérique, tout intéressant qu’il est et malgré l’effet de séduction immédiat qu’il génère, reste un outil au service d’une finalité, d’un projet…

C’est l’idée de ce dossier : comment utiliser à bon escient le numérique pour son projet culturel sans augmenter son impact ? Interviews, livres blancs, voici le programme* ci-dessous :

  • le 24 novembre : interview de Marie Husson (membre du collectif Green IT) 
  • le 30 novembre : interview d’Aurélie Baton (Les designers éthiques)
  • le 2 décembre : interview (thème et interlocuteur à venir)
  • le 5 décembre : mise en ligne du livre blanc : « Acteurs culturels | Vers un numérique plus responsable… » par l’équipe du collectif Les Œuvres Vives
  • le 15 décembre : interview (thème et interlocuteur à venir)

* programme susceptible d’être enrichi : nous vous invitons à vous abonner à notre newsletter afin d’être informé de toutes les publications

Auteur
Je m’appelle Cyril Leclerc. Je propose, en tant qu’indépendant, du conseil et de l’accompagnement en communication dans les domaines culturels et artistiques. Diplômé en Histoire de l’Art et en Ingénierie culturelle, je me suis, au fil de mon parcours, spécialisé dans la communication culturelle, jusqu’à en faire mon métier. J’ai notamment été pendant sept années, chargé de la communication culturelle à l’Abbaye aux Dames, la cité musicale (Saintes – France). Je m’intéresse particulièrement à la façon dont on peut mettre les outils marketing au service de projets culturels et comment la communication peut enrichir un projet culturel, lui apporter du sens…